Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon
Jean-Paul Dubois

L'olivier
oliv. lit.fr
août 2019
246 p.  19 €
ebook avec DRM 13,99 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

Pour le Goncourt 2019
La librairie Tonnet à Pau a elle aussi choisi
« Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon » de Jean-Paul Dubois
et c’est dans le 
q u o i  l i r e ? #87

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

Pour le Goncourt 2019
L’Arbre à papillons à Phalsbourg a elle aussi choisi
« Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon » de Jean-Paul Dubois
et c’est dans le 
q u o i  l i r e ? #87

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

« Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon »
de Jean-Paul Dubois
est le coup de coeur de la Librairie
Mots en marge à La Garenne Colombes
dans le q u o i  l i r e ? #78

partagez cette critique
partage par email
 Les internautes l'ont lu
coup de coeur

Si tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon, tous les hommes ne voient pas non plus le monde de la même façon.
Eh bien, je peux vous le dire, Jean-Paul Dubois et moi, ça colle et ça colle rudement bien.
Bon, je sais, je suis là pour parler du livre, pas de l’auteur. Faisons une exception si vous le permettez… Car effectivement depuis qu’il a remporté le prix Goncourt, on l’entend parler ici ou là sur les ondes, et à chaque fois je me dis : vraiment, ce mec, qu’est-ce qu’il est bien (en plus, il n’est pas mal – mais là je vais un peu loin…)
Oui, à chaque fois, qu’il parle de son travail, de son temps libre, de son rapport aux gens, aux bêtes, au temps, aux lieux, à la littérature, aux choses… à chaque fois, je me dis : ce gars, il est vraiment bien, il a un rapport juste au monde (selon moi), il n’a aucune illusion et fait ce qu’il peut pour être le plus heureux possible (et le moins malheureux possible, donc) avec ce qu’il est et dans le monde qui est le sien. C’est un pragmatique dans le fond ! Il fait avec, quoi…
Parfois, il a peur, parfois, il pleure. Souvent, il aimerait qu’on lui foute la paix parce qu’il n’a pas toujours quelque chose à dire ou bien parce qu’il craint de les dire de travers, de faire une erreur ou de blesser quelqu’un. C’est un homme sensible, Dubois, et toute son humanité, elle nous saute aux yeux quand on ouvre un de ses romans. Et p…., qu’est-ce que ça fait du bien de se dire qu’il y a encore des gens comme ça, des gens comme lui, qui ne sont pas passés à la moulinette de notre époque, à une pensée stéréotypée, préfabriquée et bien conventionnelle. Ouf ! Il en existe encore des hommes comme lui (des dinosaures?) qui ne ressemblent pas à la meute et ne se plient pas aux modes et aux diktats du monde.
Bon, ça va, ça va, j’arrête sur lui (je sens bien que je suis in love with him, alors…) et je reviens au fameux prix Goncourt !
C’était mon CHOUCHOU ! (même si je n’avais pas lu les autres…) De toute façon, objectivement, c’était le meilleur. Je ne me suis pas jetée dessus dès sa parution… Non non… C’est comme un dessert, un Dubois, il faut d’abord avoir avalé ses carottes râpées et ses blettes à la crème avant de déguster les macarons et la mousse au chocolat.
Ai-je aimé ? Ben oui, évidemment ! Quel conteur, mais QUEL CONTEUR !
Franchement (et comme toujours), je me suis laissé porter par l’histoire (je ne vous la résume pas, vous la découvrirez vous-même!), de la même façon que (j’en suis à peu près persuadée) lui-même se laisse porter par son récit (j’ai même eu l’impression – qu’est-ce que je suis vache! – que parfois, il ne savait pas tout à fait où il allait… Je ferme la parenthèse) Oui, Dubois est un conteur, un écrivain qui sait écrire, un poète aussi… Et surtout, il est drôle… Tellement, tellement drôle : ses personnages sont complètement craquants (vous ferez connaissance avec un certain Patrick Horton, Hells Angel et grand amateur de Harley Davidson, un homme très sensible des cheveux et qui menace de couper la moitié (seulement) de l’humanité en deux…) Franchement, un personnage comme ça, c’est du jamais vu ! Mais où Dubois va-t-il chercher de tels phénomènes ? Quelle invention, quelle VRAIE originalité, quelle drôlerie… C’est irrésistible ! Et je ne parle pas des multiples situations improbables et cocasses dont il nous régale à chaque page : tenez, le père du narrateur est un pasteur danois (qui doute) marié à une directrice de cinéma (pornographique… pas que, mais quand même!)
Et en prime, vous ressortez apaisé d’une telle lecture parce que, même s’il nous met sous le nez les aspects les plus sordides de la société moderne, même si ses textes sont empreints d’une grande mélancolie et d’un profond désespoir, il se dégage de ses romans une philosophie humaniste, bienveillante, tendre, généreuse, d’une très grande douceur et une philosophie à notre mesure, sans grands mots, sans grandes phrases alambiquées et pompeuses, aussi belle et lumineuse qu’un lever de soleil sur le petit port de Skagen.
Les livres de Dubois nous aident à vivre en nous montrant toute la bonté et la beauté du monde. Ils calment et consolent.
Et c’est pour ça qu’on les aime…

LIRE AU LIT le blog

partagez cette critique
partage par email