Trois jours à Berlin
Christine de Mazières

Sabine Wespieser
mars 2019
192 p.  18 €
 
 
 
 La rédaction l'a lu

La nuit berlinoise

Alors que l’on s’apprête à célébrer les trente ans de la chute du Mur de Berlin, Christine de Mazières revient sur cette soirée historique du 9 novembre 1989 où les Allemands de l’Est ont pu franchir les postes frontaliers. Dans ce roman choral se mêlent les voix d’Anna, une Française éprise de culture allemande, de Micha, son ami de l’Est et poète banni, de Lorenz le cinéaste, de gardes-frontières et de caciques du Parti, ou encore d’un ange issu d’un film de Wim Wenders, qui plane au-dessus de Berlin, témoin du vent de liberté qui se lève.

Anna se trouve en mission à Berlin pour le compte d’une maison d’édition française. Elle loge côté ouest mais traverse la frontière intérieure pour retrouver son ami Micha, rencontré quatre ans plus tôt alors qu’elle était étudiante. A l’Est, tout le monde est surveillé, et Micha peut-être plus que d’autres, fils d’un cadre communiste qui a voulu fuir sans succès la RDA à la nage à dix-huit ans. Le 9 novembre 1989 au soir, dans une allocution télévisée, le porte-parole du Parti communiste surprend tout le monde en annonçant l’ouverture vers l’Ouest « sans délai ». Incrédules, stupéfaits, les habitants descendent dans les rues, dans une affluence grossissante qui rejoint les postes de contrôle où les soldats n’ont reçu aucun ordre, désemparés entre une foule pacifique mais déterminée, et la Stasi qui ne répond plus. Sans hiérarchie, dépassées, les troupes frontalières autoriseront finalement le passage.

Durant cette folle nuit qui s’éternise, nos personnages se croisent, déambulent de part et d’autre du mur ; Anna, à la recherche de Micha, est emportée par la marée humaine, pendant que Lorenz, de l’autre côté, fixe sur sa pellicule le premier Ossi autorisé à passer. Christine De Mazières raconte par éclats la fragmentation d’un monde polarisé qui voit l’un de ses symboles s’effondrer, les différents points de vue agissant comme autant de focales dans ce tourbillon d’émotions. La littérature, le cinéma et la musique accompagnent l’élan de tout un peuple vers la liberté, et la plume de l’auteure met en relief avec talent l’événement collectif par le prisme d’histoires particulières qui éclairent et jalonnent cette nuit berlinoise historique.

 

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

partagez cette critique
partage par email
coup de coeur

partagez cette critique
partage par email